Région du dhofar

ACTUALITES Encens Naturel d'Oman

Région de Salalah, chaine de montagne du Dhofar

Crète Montagneuse

La crête de la chaîne de montagnes du Dhofar divise le Dhofar en deux domaines principaux : la plaine côtière qui reçoit chaque année des pluies de mousson (ou khareef) et le plateau, une étendue plus sèche qui produit le meilleur encens.

En 2000, L’UNESCO a reconnu l’importance historique de cette « Terre de l’encens » en l’inscrivant sur sa liste du patrimoine mondial 3 . C'est dans la région du Dhofar, au sud d’Oman, qu'est produite la résine de la meilleure qualité au monde. Elle est connue sous le nom de Royal Hojari. plante endémique, elle bénéficie de conditions météorologiques exceptionnelles. Elle est utilisée en parfumerie, mais aussi pour ses vertus médicinales par les Omanais.

Source et qualité

Plateau & Désert

Meilleur

L'encens frais, Hojari, produit par les arbres éloignés des zones côtières a une couleur verdâtre. Avec l’âge, il devient jaunâtre

Bon

Les Dhofaris l'appellent le « Number two »

Sur le haut plateau, semi-désertique, les arbres, à plusieurs tiges, sont plus courts (2m environ) que ceux de la plaine côtière. Les arbres poussent dans un climat extrêmement sec. Sur ce plateau calcaire, le climat est aride. C’est dans cette zone que prospère l’arbre à encens.

Dans la plaine cotière, ponctué par les ondées des moussons qui arrosent périodiquement la frange côtière, les arbres peuvent atteindre 6 m de hauteur, voire plus.

Le principal facteur qui détermine la qualité de la résine est l'emplacement des arbres à encens. Mais l'abondance d'humidité de juillet et août, affecte la qualité de la résine.

Il faut attendre au moins l'âge de neuf à dix ans, pour que l'arbre atteigne sa taille adulte et produise une résine de bonne qualité. La floraison, des fleurs hermaphrodites 3a , a lieu au début d'avril. Chaque arbres peut produire quelques kilos de résine par an.

arbre à encens

Plaine cotière

Frais

La résine produite par les arbres près de la zone côtière est brun clair lorsqu'elle est fraîche.

Vieux

Elle devient brun foncé lorsqu'elle vieillit. Des impuretés peuvent apparaître.

Lieux de production

Les espèces végétales ont une certaine caractéristique. Elles sont fortement dépendantes du climat, de la disponibilité de l'eau, de la qualité de la lumière solaire, de la température et du sol. Ainsi, le Boswellia sacra à Oman peut varier de nombreuses manières.

La crête de la chaine de montagne est un élément naturel très important. Les pluies et les vents de la plaine côtière s'estompent en franchissant la crête.

Le taux d’humidité diminue fortement, laissant un sol semi désertique à désertique et calcaire, favorisant ainsi la production d'encens de haute qualité.

Le célèbre encens Hojari est produit dans une zone située à 25 km de l’arrière-pays de Jabal Samhan, comprise entre 1000 et 1500m d'altitude. (entre les points B et C)

Au delà de cette zone de 500 à 1000m d'altitude, la densité de Boswellia sacra commence à diminuer vers l’intérieur du désert (entre les points C et D).

Une trop grande sécheresse pourrait tuer les arbres, car leurs racines ne pourraient pas recevoir les nutriments nécessaires.4

Qualité d'encens

Hojari, Najdi ,Haski, Shazri, Shaibi, Shali, Shequof

Récolte de l'encens naturel

Au Sultanat d'Oman

La culture de l’encens est un savoir faire qui se transmet de génération en génération depuis des décennies et dont on hérite fièrement. La récolte se fait par une incision peu profonde dans l’écorce de l'arbre mâle en y retirant une bande étroite. Une sève s'en écoule et se coagule au contact de l'air, ensuite on la ramasse à la main. Une succession de 3 passages, espacés de 10 à 15 jours est faite sur les incisions. Le troisième passage permet d'obtenir la meilleure résine.

Sur le lieu de récolte, après que la résine ai été prélevée et collectée dans des sacs, les producteurs la stocke dans une excavation, une grotte ou une sorte de camp, pour l'accumuler pendant un certain temps. Enfin, après avoir collecté les quantités suffisantes, elle est acheminée vers le village ou la ville, où elle est classée. La résine est stockée pendant environ 12 semaines pour durcir avant sa mise sur le marché ou son utilisation dans des produits tels que des parfums.

Tous les cinq à six ans, les arbres sont laissés en l’état pendant quelques années pour obtenir une résine de meilleure qualité.

La récolte s'effectue en fonction des zones géographiques. La récolte, sur les arbres situés sur la plaine côtière ou pendant la mousson, est faite de fin mars à juin, environ. Pour ceux qui sont localisés derrière la montagne du Dhofar (partie désertique), la résine est cueillie d'avril à septembre. Cette deuxième récolte est nommée « encens blanc », à opposé de « l'encens brun », récolté uniquement sur la plaine côtière après les incisions d'hiver. Un arbre peut produire 3 à 4 kg environ par saison. Selon des études de la Sociéte d'Environnement d'Oman (ESO) 2 , les incisions - qui doivent être espacées d'une trentaine de centimètres - sont faites sur les côtés Est et Ouest de l'arbre pour permettre une exposition suffisante au soleil pour un séchage rapide de la résine.

Outil pour la récolte d'encens naturel dans le Dhofar

Une technique ancestrale

Un savoir-faire traditionnel

Un outil unique, avec un manche en bois et une spatule en fer à son extrémité, est utilisé par l'exploitant d’encens Dhofari pour « peler » l’écorce. Parfois, l'outil peut être muni d'une lame à chacune de ses extrémités. Dès qu'une incision peu profonde est faite en otant une petite bande d'écorce, la sève commence à faire surface. La taille optimale du taraudage ne doit pas dépasser 12 cm².

L’arbre produit des sucs ou des résines. Cela s’explique par le fait qu’elle sert de mécanisme de défense pour isoler ses blessures. Elle se prémunit de la dessiccation, se protège des attaques d’insectes et de champignons, ainsi que de la pourriture.

Crédits

Encens naturel d'Oman

© 2020 - Aventures du Globetrotter
Tous droits réservés