03
février
2020

Effet protecteur de la résine boswellique

sur la perte de mémoire et la maladie d’Alzheimer

Les maladies neurodégénératives du cerveau comprennent divers troubles qui touchent un pourcentage croissant de la population. Cette étude est fondée sur l’effet de la résine boswellique, une plante médicinale reconnue pour ses effets antioxydants sur les lésions des cellules nerveuses. L’objectif de ce travail était d’évaluer les effets in vitro et in vivo de la résine boswellique sur l’activité anticholinestérasique et la maladie d’Alzheimer (AD) induites par le D-galactose et le tétrachlorure d’aluminium chez la souris (Swiss).

La composition chimique de l’huile essentielle de la résine a été identifiée par l’analyse CG-MS. L’activité antioxydante a également été évaluée par les méthodes DMPD et de chélation des métaux. Afin de comprendre le mécanisme d’amélioration de la mémoire, les tests d’inhibition d’AChEet de BChE ont été réalisés. La partie in vivo de l’étude a été réalisée sur des souris Swiss divisées en quatre groups : Témoin, modèle Alzheimer AD, Alzheimer traité et un groupe témoin traité.

L’identification de la composition chimique par CG-MS atteint les 89,67 % du total des composés extraits, présentait une molécule très importante (p-Cymène, acétate de n-Octyle, α-pinène…). La présente étude prouve que la résine boswellique a amélioré la mémoire et l’apprentissage des souris model Alzheimer traité, module le stress oxydatif et est impliquée dans l’effet protecteur sur le dépôt d’amyloïde, la neurodégénérescence et la stimulation du système immunitaire dans le cerveau des souris.

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.

Encens naturel d'Oman

© 2020 - Aventures du Globetrotter
Tous droits réservés